Vamos aux Galapagos

Le voyage aux îles Galapagos nous a coûté vraiment très cher mais c’est vraiment notre meilleur souvenir depuis notre départ. A peine atterri sur le sol de l’archipel, nous déboursons 100$ pour avoir le droit d’aller plus loin, ca vous donne une idée !!

Pour visiter les îles 2 options s’offrent à nous :

–          La première est de rester sur les 3 îles principales (celles qui sont habitées), et d’aller et venir sur les autres petites îles pour des excursions d’une journée. Il nous faut alors payer l’hôtel et les repas.

–          La seconde est de prendre une croisière qui va d’île en île comme ca on sait à l’avance ce que l’on va voir et plus d’îles sont accessibles.

Quand l’agence nous présente son bateau de pirates pour faire la croisière, on est conquis, c’est parti pour la seconde option.

Nous partons donc en direction de l’ile San Cristobal pour débuter le voyage en bateau. Nous sommes accueillis par les otaries qui colonisent les rues de la petite ville.

Nous visitons le centre d’interprétation, qui nous présente notamment les premiers travaux de Darwin sur l’évolution des espèces (c’est ici qu’il a découvert les principales théories qu’il développera plus tard en rentrant en Angleterre) ainsi que le triste massacre des tortues par les premiers habitants des iles.

Ensuite nous découvrons notre bateau de pirate et nos compagnons de bord. On rigolera bien avec cette équipe !

Toute la nuit, le bateau navigue jusqu’à Española, une des plus anciennes îles de l’archipel. Le matin, nous découvrons une plage de rêve habitée par des phoques et nous faisons notre première sortie snorkeling (masque, tuba et palme) pour découvrir les petits poissons. Des otaries viennent nager avec nous, ce ne sera pas très long car elles nagent très vite mais c’était un beau moment !

L’après midi, nous sommes accueilli sur la jetée de l’île par des centaines d’iguanes de mer.

C’est un animal assez particulier, plutôt moche, qui crache et qui reste immobile pendant des heures. A première vue ce n’est pas une merveille de la nature !! Mais ils restent au soleil, tous dans la même position, pour réchauffé leur sang car il peut rester plusieurs dizaine de minute sous l’eau, en apnée. En effet, l’iguane marin est le seul animal capable d’arrêter son cœur pour rester dans l’eau plus longtemps car il mange des algues (c’est un végétarien !). Incroyable, non?

Plus loin sur la plage, nous tombons sous le charme de bébés otaries, c’est la saison des naissances.

La vie est très dure pour le bébé car après 5 jours passés près de sa maman, le bébé est rejeté pour une période pouvant aller jusqu’à 11 jours. Les bébés doivent alors volé du lait à d’autres mères pour survivre ; c’est particulièrement cruel, le taux de mortalité est très élevé.

Ensuite la ballade nous emmène vers les falaises abritant les oiseaux. Nous découvrons donc des nids d’albatros, les colombes de Galapagos et aussi les fameux fous à pattes bleues. Les albatros ne vivent que sur cette île, le terrain plat suivi des falaises leur permet de s’élancer pour pouvoir voler car la taille de leur aile ne leur permet pas de faire autrement. Chez les albatros aussi c’est la période des naissances, nous découvrons donc aussi les bébés tous velus, moins photogéniques que leurs parents.

Les fous à pattes bleues aussi ont des bébés à ce moment là. Nous découvrons donc les familles, bruyantes et particulièrement rigolote.

Le bébé a toujours très envie de manger et de sortir un peu du nid, tandis que les parents essaient de le faire rester en place ! Les fous à pattes bleues sont tous les mêmes ; à l’inverse des fous de bassans que nous avions vu en Gaspésie les 2 membres du couple ne se reconnaissent pas par les cris mais par une danse, effectuée ensemble. Grosso modo « si tu bouges comme moi tu reste là, sinon tu t’es trompé ». Quand aux pattes, elles sont bleues en fonction de l’alimentation, les femelles ont les pattes plus claires que les mâles. En revanche, elles choisissent les mâles en fonction de la nuance de bleu de leur pattes, plus c’est foncé mieux ils mangent et ils seront donc plus fort pour apporter de la nourriture au petit.

Après cette belle journée, nous retournons sur le bateau pour une nuit un peu agitée. Mais nous nous réveillons en face d’une magnifique plage avec des otaries, ça n’a pas de prix ! Nous partons d’abord pour une excursion sur l’île, l’occasion de croiser un flamant rose, probablement égaré car la lagune qui en accueillait des centaines auparavant a été abandonnée à la suite du phénomène El niño. Les fortes pluies et la chaleur ont fait fuir les aliments des flamants.

Ensuite nous marchons en direction d’une autre plage pour découvrir les raies dorée qui se laissent porté par les vagues de la plage.

Elles mangent des crabes et c’est ici qu’on en trouve le plus. On aperçoit aussi un requin et une tortue qui nagent au loin.

Ensuite, nous faisons du snorkeling et nageons pour la première fois avec des tortues de mer, c’est fabuleux, on a l’impression qu’elles volent dans l’eau au grès des courants, c’est l’un de nos meilleurs moment au Galapagos !

L’après midi, nous partons explorer les grottes de lave, et oui, les iles Galapagos sont des îles volcaniques ! En chemin nous croisons une antique boite aux lettres assez spéciale, si tu n’habites pas loin du destinataire, tu peux prendre la carte pour lui porter. Sinon, François s’est baigné dans le noir de la grotte de lave, c’est le seul qui l’a fait car l’eau était très froide !

Ensuite on est retourné sur la plage, on a eu froid mais on a re-nager avec des tortues alors ce n’était pas grave !!

La nuit dans le bateau ne fut pas meilleure que la précédente ! Sans avoir le mal de mer, Charline avait bien du mal à dormir dans un lit aussi peu stable, François a été un peu malade mais heureusement avec les médicaments tout c’est bien passé.

Sur l’île d’Isabella, nous avons normalement rendez vous avec une vraie colonie de flamant roses, pas de bol, ils ne sont que 2…

Ce n’est pas grave, on aura peut être d’autres occasion d’en voir durant notre voyage. Nous partons donc vers le centre qui abrite les tortues géantes de l’île d’Isabella. Nous sommes un peu déçus de voir les animaux comme dans un zoo mais la visite nous a permis de comprendre beaucoup de chose sur la reproduction des tortues (qui n’est pas facile du fait de la taille de leurs carapaces!).

L’après midi, nous découvrons les pingouins des Galapagos, tout petit avec l’œil rose.

Puis, nous partons à la rencontre de requins. Heureusement ils dorment paisiblement et nous les observons depuis le bord de la crique.

Dans la lave AA, qui est un type de lave plein d’aspérité, nous observons aussi plein d’iguanes, dont des bébés (pas plus mignons que leurs parents !). Après, nous remettons nos masques et tubas, Charline verra une nouvelle fois une tortue et, peut être un requin… elle n’est pas sure car ce n’est pas possible de plonger avec ses lunettes !!

Normalement, nous aurions dû arrêter la croisière à cet endroit mais nous préférons continuer jusqu’à la fin de notre séjour. Le bateau continu son chemin, plus calmement, vers Santa Cruz, l’île principale sur laquelle nous commençons par visiter le centre de Charles Darwin, principalement dédié aux tortues géantes. Nous faisons la connaissance de George, l’ultime survivant de son île qui n’a jamais voulu se reproduire pour sauver son espèce.

Lorsque les tortues géantes ont été mises sous protection, il était déjà très tard pour certaines espèces, dont celle de George. Toutefois, les 15 tortues survivantes d’Española par exemple ont aujourd’hui plusieurs centaines de descendants.

Ensuite, nous découvrons un ranch à tortues, ici elles évoluent vraiment en liberté et c’est bien plus impressionnant de les voir dans leur milieu naturel. On apprend que la taille de la tortue dépend de l’île sur laquelle elle vit : les tortues sont plus grosses sur les grandes iles où il y a plus de nourriture. Elles sont plus petites avec un cou plus long sur les petites îles où il est plus difficile de trouver à manger (cf George) !

Pour notre dernier jour complet sur le bateau, nous avons eu la chance de voir des dauphins venir jouer avec l’avant du bateau, c’était un autre moment fort de ce voyage !

Ensuite nous sommes arrivés sur l’île de Salomé, recouverte d’une épaisse couche de lave, qui prend la forme de corde en se durcissant. L’éruption date d’il y a cent an et il y a encore très peu d’espèces qui vivent ici, juste quelques plantes pionnières. C’est très impressionnant de voir ce chemin de lave, d’autant plus lorsqu’on sait que les cratères sont situé sur l’autre île.

Nous avons nagé près de la rive pour voir la lave sous l’eau. Nous avons vu des tortues et des iguanes marins pour la première fois dans l’eau, c’était cool !

L’après midi, c’est encore du snorkeling, Charline a trop froid, elle sort rapidement de l’eau, quand à François il reste pour nager avec les pingouins ! Encore un super moment !

Le lendemain nous aurions dû découvrir les frégates, d’étonnants oiseaux qui gonflent leur gorge toute rouge pour séduire leur femelle. Malheureusement le bateau est tombé en panne et donc on n’a pas pu faire la visite. Nous quittons donc le bateau sans avoir fait d’autre visite ; mais on est quand même super content d’avoir fait tout ça !!

Le lendemain, il est temps de rentrer. C’est sur cette escale aux îles Galapagos restera un des meilleurs moments de notre tour !!

Galapagos

5 reflexions sur “Vamos aux Galapagos

  1. Pauline

    Je viens de lire tout ce que vous avez fait et vu aux iles Galapagos et j’avoue que je suis dégouté car moi je suis dans mon canapé assise avec un gros rhume et un mal de crane pas possible, alors profitez-en un max et pensez fort a nous qui sommes ici en france!
    Ps: j’adore Georges!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *