En route vers le sud de la Bolivie

Après nos deux semaines à Villa Tunari, nous restons une nuit à Cochabamba car nous ne trouvons pas de bus directement pour Sucre. Le lendemain nous visitons donc rapidement cette très grande ville coloniale dont le centre est charmant.


Dans la soirée nous prenons la direction de Sucre. La nuit en bus est des plus horribles que l’on a jamais faits : la piste slalome entre les montagnes, on rase les falaises et les fenêtres du bus ne cessent de s’ouvrir à cause des secousses ! Tant pis, on dormira plus tard. Sucre est de toute façon la ville parfaite pour se reposer : l’altitude est basse, le climat est doux et l’ambiance est très décontractée.

Nous faisons donc quelques balades dans la ville blanche qui a connu un essor économique important grâce à la vente de l’argent des mines de Potosi.

Nous partons tôt le matin de l’hôtel de Sucre pour avoir le premier bus pour Potosi. Le taxi nous parle vite fait d’une éventuelle grève de mineurs qui pourraient bloquer les accès à la ville mais il n’a pas pris les nouvelles du jour donc il n’en sait pas plus. A la gare, la confirmation ne se fait pas attendre : aucun accès à la ville n’est possible donc les bus ne partent pas de Sucre. Des taxis font tout de même la route pour un peu plus cher que le bus : on part en taxi pensant arriver à Potosi. Mais, pas de chance, le barrage est à 20 km de la ville… Donc nous prenons un second taxi qui lui aussi nous promet de nous emmener à Potosi… mais 6 km avant la ville : un nouveau barrage ! Nous marchons environ 1 km avant de recroiser de nouveau un taxi qui, pour le coup, nous emmènerons directement à Potosi. Ce sera donc la grève pendant la visite de la ville : nous n’irons pas voir les mines vides, déjà on n’avait pas très envi de cette visite (qui s’approche pas mal du voyeurisme) mais là c’est sûr, ca ne vaut pas le coup ! En revanche, la visite de la maison de la monnaie nous a beaucoup plu : nous avons découvert comment on été frappées les pièces d’argent pour la Bolivie, mais aussi le monde entier, au fil du temps.

Le bâtiment est immense (17000m²) et nous découvrons donc aussi les artistes de la région. D’ailleurs, si l’on regarde la tête de Bacchus qui orne le monument:  le côté gauche représente un indien en colère et le droit un espagnol qui sourit, pas mal non!

A la suite de cette visite, nous allons voir le couvent des carmélites de la ville.

Chaque deuxième fille des riches familles de la région devenait sœur, elles étaient 21 à vivre un isolement total dans ce couvent. Nous avons donc découvert les astuces pour ne pas être vues comme le tourniquet qui donne dans la rue pour faire passer les aliments d’un côté et l’argent de l’autre, la grande cuillère en bois pour faire passer les cadeaux des familles ou encore la porte secrète pour faire passer l’Ostie. Là encore les bâtiments sont riches en dorures et en tableau : on en prend plein les yeux !

Le lendemain, c’est la fin de la grève des mineurs : nous pouvons donc repartir sans soucis vers Uyuni et son désert de sel !

Potosi

Une réflexion au sujet de “En route vers le sud de la Bolivie

  1. Les mamies

    Les mamies sont ravies de découvrir en photos votre voyage aux Amériques, très fières d’avoir des petits enfants qui leur font partager la découverte de magnifiques pays. Quel plaisir de voyager ainsi avec vous.

    Elles étaient réunies à la maison pour fêter l’anniversaire de Louise-Marie. Nous avons passé un agréable moment ensemble.
    Gros bisous à vous deux, bonne continuation
    Les mamies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *