Drakensberg première partie: Sentinel Peak

Partir dans le Drakensberg pour le week end de Pâques, sur le papier c’est LA bonne idée détente, repos et dépaysement quand on vit à Jobourg, grande ville vrombissante. En effet, la chaîne de montagne longeant la frontière du Lesotho offre des paysages sauvages dans une nature préservée, des logements perdus dans des petits villages et des randos à foison. En seulement trois heures de route, nous voilà arrivé dans une Afrique du Sud qui semble nous dévoiler un nouveau visage loin des réserves animalières et des étendues sèches: un petit côté suisse. Nous avons choisi d’explorer le nord du Drakensberg en visitant 2 parcs: le Royal Natal et le Golden Gate.

Premier jour: vendredi (en Afrique du Sud, le vendredi saint est férié). La nuit a été bien fraîche mais on est motivé, on part vers 8h30. Du point de vue des horaires, nous avons gardé des habitudes européennes, des Sud Africains, avec la même motivation que nous, se seraient levés vers 5h du mat’! Bref, on arrive par un temps ensoleillé au parking de notre première rando nommée Sentinel Peak en référence au sommet le plus haut (3241 m).

Sentinel peak

Honnêtement, on a suivi les conseils de Vera Ann, la gérante de l’auberge de jeunesse, qui nous a promis de paysages superbes à capturer dans nos appareils photos. Ayant une confiance aveugle dans ses connaissances de la région, nous ne nous sommes pas posé la question de l’éventuelle difficulté de la rando, ni même du temps de parcours… Bref, on se lance. Le premier point de vue nous donne un aperçu de ce qui nous attend: on voit déjà le fameux amphithéâtre, parsemé de cascades, qui surplombe une vallée verdoyante. On est censé allé tout en haut et on comprend vite que ça va pas être de la rigolade. En effet, on a furtivement entendu parler des échelles de fer qui permettent de monter le long de la falaise, pour accéder au plateau principal au dessus de l’amphithéâtre, mais on a pas creusé le sujet. Avec un autre couple de marcheurs on discute un peu et ils nous proposent de les suivre pour faire une boucle plutôt que de passer directement par les échelles. On se dit que c’est une bonne idée qui remet notre appréhension de l’aplomb de la falaise à plus tard.

La Gorge

Nous voilà donc embarqué dans un éboulement de rochers qui servent d’escalier pendant 500m avec un dénivelé à première vue insurmontable! Bon, c’est le début on est encore un peu vigoureux… on se rappelle du Fitz Roy en Patagonie, on se dit qu’on a déjà fait ça une fois, une deuxième n’est qu’un amer souvenir, ça va bien se passer!

Heureusement une fois arrivé en haut, la vue vaut bien tous ces efforts. On a encore de la chance avec le temps, nuageux mais venteux, ce qui dégage bien la vue. (ci dessous un time lapse panoramique (attention ça rigole pas!!) qui mériterait d’être inclus dans une vidéo plus longue mais cela ralentirai d’autant le rythme de publication des articles: faut faire des choix!!).

Une info d’importance n’a pas encore été dévoilée dans cette article: du haut de cet amphithéâtre se jette la seconde cascade la plus haute du monde: Tugela Falls (c’est aussi pour ça qu’on a bien galéré à monter!). Mais, jusqu’ici on ne l’a toujours pas vu, elle n’est pas si facile d’accès! Après un bon pique nique, nous repartons crapahuter sur le plateau à la recherche de ce qui est en fait un gros jet d’eau… Mais bon, débit mis à part, c’est quand même vachement impressionnant de regarder en bas, la cascade mesure environ 950 m, on ne voit qu’une partie mais ça donne une bonne idée!

Tugela Falls

Il est maintenant temps de redescendre et d’affronter les fameuses échelles de fer. Si vous voulez des images, le reportage un Viking en Afrique du sud montre bien les échelles autours de la 4ième minute (d’ailleurs, même eux ils disent que c’est pas facile!!). C’est quand même un peu flippant, les échelles bougent avec le vent et il faut regarder en bas pour voir où on met les pieds. La première fait 12 mètres de haut et la seconde 17… Bref, pas de suspens inutile: on s’en sort sain et sauf, mais on ne le fera pas tous les dimanches!!

IMG_1132

Ensuite on redescend, on continue d’admirer la vallée qui s’étend sous nos yeux, on reprend la piste caillouteuse et on retourne bien au chaud dans notre backpacker pour raconter nos exploits et s’assurer que ceux qui partent pour cette rando le lendemain le font en connaissance de cause…

DSC05089

Note pour plus tard: se renseigner sur les randos qu’on entreprend, mais pas trop car les surprises pimentent la journée.

La suite dans un prochain article!

Drakensberg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *